Articles

Étude du mouvement des eaux de surface dans la Baie des Chaleurs: quand science et citoyens se rencontrent

bouee_derivante_zip_bdc_2L’Institut des sciences de la mer de Rimouski collabore à une recherche citoyenne visant à cartographier le mouvement des eaux de surface de la baie des Chaleurs. Encadrée par le professeur Dany Dumont, cette initiative marie la science et l’implication d’une trentaine de citoyens soucieux de mieux connaître et de préserver leur environnement.
« L’objectif du projet est d’avoir les informations pertinentes pour intervenir efficacement si un accident majeur se produisait sur les eaux de la baie des Chaleurs », explique Geneviève Lemoyne, directrice duComité ZIP Gaspésie qui est maître d’œuvre du projet. Le professeur Dany Dumont chapeaute pour sa part le volet scientifique du projet. En tout, 30 largages de bouées dérivantes ont été effectués par des bénévoles autour de la baie des Chaleurs à l’été 2015. 

Plusieurs facteurs influencent le déplacement des bouées dérivantes : les courants, eux-mêmes forcés par le vent, la marée et la bathymétrie, le vent qui agit directement sur les bouées, et les vagues. 

Au-delà des résultats sur la dérive de surface, ce projet amène les citoyens à s’approprier le sujet, à réfléchir et, parfois, à revoir leurs conceptions à propos de la dynamique océanique. « La population est mobilisée et les préoccupations ne se limitent pas uniquement aux impacts négatifs que pourraient avoir la pollution dans la baie des Chaleurs. Il y a des questionnements sur le transport larvaire et l’érosion côtière, entre autres. Le projet permet donc de soulever des questionnements, de nuancer des idées préconçues sur la circulation des eaux de surface de la baie, bref de contribuer à ce que les gens entretiennent une relation informée avec la mer. C’est à mes yeux un bénéfice énorme », conclut le professeur Dumont.

Pour plus de détails >>>

PARTAGER

Réalisation et hébergement signés tegara.ca

Admin