Articles

Création de la première aire marine protégée dans l'estuaire du Saint-Laurent : c'est l'aboutissement d'un grand projet appuyé et attendu par le Comité ZIP de la rive nord de l’estuaire depuis 1999.

manicouaganamp_150Le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, M. Yves-François Blanchet, a annoncé la création de la première aire marine protégée relevant de la responsabilité du Québec qui protégera un territoire marin de 712 km2 dans la péninsule de Manicouagan, près de Baie-Comeau: c'est l'aboutissement d'un grand projet appuyé et attendu par le Comité ZIP de la rive nord de l’estuaire depuis 1999. M. Blanchet a également annoncé l’octroi d’une aide financière totalisant 150 000 $ pour les trois prochaines années à l’organisme Parc Nature de Pointe-aux-Outardes.

La réserve aquatique projetée vise à conserver et protéger les écosystèmes estuariens et marins de la péninsule de Manicouagan, parmi les plus riches et les plus productifs du Saint-Laurent. Le territoire visé est fréquenté par plusieurs espèces en situation précaire, comme le rorqual bleu et le béluga. On y observe également d’autres espèces en péril, dont le bar rayé, la morue franche, le marsouin commun et l’anguille d’Amérique.

Par ailleurs, le secteur proposé est dans la Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) de Baie-Comeau : les battures y sont considérées d’importance mondiale en raison de la venue en très grand nombre en automne d’espèces d’oiseaux telles les macreuses noires et à front blanc, le harle huppé, la mouette de Bonaparte et le goéland bourgmestre.

« À l’échelle mondiale, la préservation de la biodiversité marine est une grande préoccupation pour le 21e siècle. Le gouvernement est sensible à cette problématique qui porte des enjeux écologiques évidents, mais qui pose aussi un défi alimentaire et économique important. Avec la création de la réserve aquatique projetée de Manicouagan, la proportion du territoire marin québécois légalement protégé passera à 1,3 %. Les engagements internationaux en la matière visent une proportion de 10 % d’ici 2020. L’annonce d’aujourd’hui est un pas dans cette direction et nous travaillons sur un plan audacieux et déterminé en vue de préserver et de mettre en valeur la biodiversité du territoire québécois », a déclaré le ministre Blanchet.

Lire le communiqué >>>>

© Parc Nature de Pointe-aux-Outardes 

PARTAGER

Réalisation et hébergement signés tegara.ca

Admin